Archives
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004

Nouvelles   Share

Un employé de l’UQO et sa famille seront en vedette dans un reportage de l’émission « 1 jour » à la télé de Radio-Canada

Image

1 jour, 24 heures, 34 millions de vies... est une émission créée dans le cadre du 75e anniversaire de Radio-Canada. Martin Tousignant analyste en informatique au Service des technologies de l'information de l’UQO et les membres de sa famille se sont retrouvés sous les projecteurs. Le concept de cette émission est le suivant : « Chaque jour, il se passe des choses extraordinaires au Canada. Les Canadiens ont des histoires remarquables à raconter. Au cours des 75 dernières années, CBC/Radio-Canada nous a permis de partager ces histoires entre nous. » (Extrait du site de l’Émission Un jour) http://unjour.radio-canada.ca/ 

Alors, pourquoi la famille Beauregard-Tousignant a-t-elle été choisie? Le quotidien de cette famille reflète une réalité avec laquelle des milliers de Canadiens doivent composer; Lucie et Martin sont les parents de 4 enfants, dont Fannie, une cocotte autiste non verbale de 9 ans.

« Si nous avons accepté d'embarquer dans ce projet, c'était dans l'optique de mieux faire connaitre ce qu'est la vie avec un enfant autiste et ce que cela peut impliquer pour la famille. Nous voulons sensibiliser le plus de personnes possible quant à l'autisme » d’expliquer Lucie Beauregard.

L'émission 1jour sera diffusée à la télévision de Radio-Canada le samedi 20 août de 20 h à 22 h. Le reportage portant sur la famille de Martin et Lucie sera l’un des 12 présentés avec des gens qui ont des histoires remarquables à raconter.

Nous vous invitons à lire la lettre rédigée par Lucie Beauregard et publiée dans le journal de Trait d’union Outaouais (http://traitdunionoutaouais.com/menumain/index-f.php ) afin d’inviter les gens à regarder cette émission :

Le 2 avril 2011, quel jour mémorable pour la famille Beauregard-Tousignant! Alors que c'est la journée mondiale de la sensibilisation à l'autisme. Après avoir assisté à la projection du film Adams, au Festival du Film en autisme de l'Outaouais, Jocelyne Sylvestre (directrice de TUOI) me parle d'un projet, dont toute la famille se souviendra longtemps.

Elle m’informe que Radio-Canada l'a approché pour un reportage. On recherche une famille, vivant en région, avec un enfant autiste, et où ça bouge. Et bien, semble qu'avec nos quatre enfants âgés de 7 à 15 ans, dont Fannie TED/NS non verbale, et très mobile, on répond aux critères de sélection.

Dès que Jocelyne m'en parle, je me dis WOW! quelle belle chance de vraiment faire connaître l'autisme, faire voir que ce ne sont pas tous des Rain Man.  Je suis intéressée, mais étant donné que le projet concerne toute la famille, je dois en parler à tous. Mon mari est tout de suite d'accord, et les enfants me répondent : « Cool », avec un beau sourire... Ça veut tout dire!

Et c'est ce jour même que pour nous, débutent les préparatifs. Imaginez-vous un instant que Radio-Canada entre chez vous, pour moi c’était comme si j’invitais tous les Canadiens et Canadiennes dans ma maison. Je crois que vous pouvez facilement imaginer ce que cela peut signifier...

Parallèlement à ce « petit » stress des préparatifs, les discussions commencent avec une recherchiste de Radio-Canada, madame Karine Guillemette, très sympathique, et elle nous met rapidement en confiance face à ce projet.

Initialement, madame Guillemette connaissait très peu l'autisme, mais nos discussions ont rapidement suscité son intérêt et nos conversations téléphoniques qui ne devaient durer que 15 minutes sont rapidement devenues des discussions de 45 minutes, d’où elle avoue déjà en apprendre beaucoup sur l'autisme et les répercussions pour la famille. De notre côté, on lui laisse savoir ce que sont nos activités quotidiennes avec Fannie, telles que l'épicerie, promenade en vélo, session de travail, baignade à la piscine de Buckingham. Tout cela l'allume et elle demande aussitôt toutes les autorisations nécessaires pour qu'on puisse aller filmer dans ces différents endroits publics.

Donc, tout devient clair pour nous, le vendredi 29 avril, le journaliste Achille Michaud, accompagné du réalisateur Robert Hinse, caméraman, Jean-Pierre et du preneur de son Sébastien (de Gatineau) se présenteront chez-nous, pour nous interviewer Martin et moi. Le samedi, la même équipe, sauf le journaliste nous suivra toute la journée, dans notre quotidien, y compris la Marche pour l’autisme.

Toute la famille a bien hâte de vivre cette expérience. Donc vendredi ils arrivent à la maison, avec tout leur équipement. Équipe très sympathique, qui prend le temps de jaser avec nous, pour bien nous expliquer le déroulement, la façon de faire, et nous mettre à l'aise. À ce moment, ils entrevoient seulement Fannie, qui doit sortir de la maison, afin que l'on puisse se consacrer à 100 % à l'enregistrement. Cet enregistrement est fait pour mettre les voix, sur les activités qui seront filmées le lendemain. L'enregistrement va très bien, quoique très émotifs à certains moments et vous pourrez sûrement le percevoir lors de la diffusion de l'émission.

Messieurs Michaud et Hinse sont très surpris et touchés en constatant ce que peut représenter pour une famille, d'avoir un enfant autiste et de la nécessité pour nous, de la tenue de la Marche, qui subventionne les camps d'été. Tellement qu'à la fin de l'entrevue, M. Michaud nous demande comment il peut participer à la Marche et le lendemain, il est venu marcher avec sa femme, en tant que bon citoyen sympathisant.

La journée du samedi s'est très bien déroulée, on a réussi à faire toutes les activités prévues. Fannie a très bien réagi face à tout ce monde et cet équipement dans sa maison, elle a simplement tapoté l'écran de la caméra à quelques reprises et touché le micro. Toute l'équipe était bien patiente face à ses comportements de curiosité, la laissait gentiment explorer, avec un beau sourire sympathisant dans le visage.

À la fin de la journée, monsieur Hinse m'a dit que même s'il faisait de la lecture sur l'autisme depuis quelques semaines, il ne pouvait pas s'imaginer ce que c’était réellement. Il était surpris de voir comment un enfant comme Fannie pouvait exiger de l’attention. Concernant Fannie, il m'a aussi avoué que lorsqu'il l'avait entre vu le vendredi, il l'a croyait refermée, qu'elle n'entrait pas en relation avec nous, alors qu'il a constaté que c'était tout le contraire, elle est vraiment présente avec nous, communique très bien avec son PECS, qu'elle sait vraiment ce qu'elle veut, malgré les apparences. (PECS est le Système de Communication par Échange d’Images qui a été développé en 1985 comme une série d’enseignements uniques et alternatifs et permet aux enfants et adultes autistes ou ayant d’autres problèmes de communication de s’initier à celle-ci.)

Quant à moi, le meilleur moment de la journée de samedi a été notre visite à la piscine. Fannie fidèle à elle-même y était très expressive et enjouée, j'étais contente de pouvoir montrer que malgré les apparences de ressenties très neutre, Fannie peut ressentir des plaisirs et nous le démontre très bien.

Pas besoin de vous dire que l'équipe a quitté, très fatigué, mais surtout ému et beaucoup enrichi en connaissance de l'autisme. 

Donc pour nous avril fût un mois drôlement bien rempli en frais d'émotions et stress, mais finalement, nous sommes très contents d'avoir accepté de partager notre quotidien avec cette équipe de Radio-Canada et nous sommes confiants qu'ils  en feront un bon produit. Et si demain, ils nous demandaient, pour revenir faire une suite, on répondrait : « Cool »… avec un beau sourire.

Lucie Beauregard

Modifié par:  Direction des communications et du recrutement
Dernière mise à jour:  12.08.2011 14.49

Nouvelles
Événements
Communiqués

 

Savoir Outauouais

l'UQO, ça grandit
Pour nous joindre | À propos du site | Webmestre
Université du Québec en Outaouais, 283 boul. Alexandre-Taché, C.P. 1250, succursale Hull, Gatineau, Québec, Canada, J8X 3X7 | Tél.: 1 800 567-1283 ou 819 595-3900
© Université du Québec en Outaouais, 2007