Archives
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004

Nouvelles   Share

Deux professeurs remportent le prix de la meilleure communication lors du Congrès de la Société québécoise de psychologie du travail et des organisations

Martin Lauzier et Eric Gosselin, tous deux professeurs au Département de relations industrielles, ont remporté vendredi dernier les honneurs pour leurs travaux portant sur le présentéisme au travail dans le cadre du Congrès annuel de la Société québécoise de psychologie du travail et des organisations (SQPTO). À cette occasion, les deux professeurs présentaient une communication intitulée :     « Présentéisme : lorsque la présence n’est pas garante de la performance »

Plus précisément, leurs travaux visaient à :
a) circonscrire et définir le présentéisme
b) développer un cadre d’analyse du phénomène
c) proposer un agenda de recherche, ainsi que des pistes d’interventions

La Société québécoise de psychologie du travail et des organisations regroupe près de 300 chercheurs et praticiens dans le domaine de la psychologie du travail et cherche à promouvoir les connaissances et l’intervention afin d’améliorer le bien-être des travailleurs ainsi que celui des entreprises.

Toutes nos félicitations aux professeurs Lauzier et Gosselin.

Voici un résumé de la présentation :

Poursuivant leur quête incessante vers l’efficacité et l’efficience, les entreprises investissent maintenant plus que jamais dans des interventions visant d’une part à contrer l’absentéisme et d’autre part à valoriser une culture de présence au travail. Néanmoins, on oublie parfois que la présence au travail n’est pas garante de la performance. À cet effet, l’on remarque qu’une quantité non négligeable d’employés se présente toujours au travail, et ce, malgré que des problèmes de santé nuisent à leur rendement. Ce phénomène que l’on nomme le « présentéisme » semble être responsable d’une part considérable d’improductivité. En ce sens, certains affirment que les « présentéistes » seraient moins productifs de 30 % et plus, considérant le travail accompli en temps normal (Hemp, 2004). En ce qui concerne les coûts associés au phénomène, des études indiquent que ces derniers s’élèveraient jusqu’à 180 milliards de dollars américains annuellement (Levin-Epstein, 2005).

Bien qu’il ne s’agisse pas d’un phénomène nouveau (cf. Canfield et Soash, 1955), le présentéisme n’a été que récemment porté à notre attention en fonction de l’importance de son occurrence en milieu organisationnel; importance particulièrement associée à la croissance des problèmes de santé se développant lors des activités de travail (Sanderson et coll., 2007). Faisant écho à la littérature sur le sujet (Aronsson et coll., 2000, Aronson et Gustafsson, 2005), le présentéisme caractérise : «le comportement du travailleur qui, malgré des problèmes de santé physique et/ou psychologique nécessitant de s’absenter du travail, persiste à se présenter au travail » (Gosselin et Lauzier, soumis).

Il peut sembler déraisonnable, voire paradoxal, de se présenter au travail alors que notre état de santé ne nous le permet pas d’effectuer efficacement nos tâches usuelles. Naturellement, il demeure que la plupart des travailleurs malades ne se présenteront pas au travail en cette occasion, néanmoins un nombre croissant d’employés ne se soumettent plus à cette règle logique, d’où l’importance de s’intéresser à ce phénomène. Qu’est-ce qui peut justifier une telle conduite? Quelles sont les conditions sous-jacentes à ce comportement? Quelles sont les conséquences du présentéisme pour l’employé et l’organisation au sein de laquelle il travaille? Comment peut-on intervenir afin d’enrayer les effets délétères d’un tel phénomène?

Malgré les incertitudes conceptuelles qui recouvrent encore la notion de présentéisme, il n’a plus lieu de croire qu’un faible taux d’absentéisme est représentatif d’une saine gestion et de travailleurs en santé. Le présentéisme nous indique plutôt que la maladie se vit tant dans l’organisation qu’à l’extérieur de celle-ci.

L’objectif de cette présentation est d’exposer de façon éclairée et simple les paramètres du présentéisme. En sa qualité de concept émergent, le présentéisme suscite beaucoup de questionnements, voire d’engouement. L’on note actuellement une prolifération des écrits scientifiques et professionnels qui tentent, bon gré, mal gré, de répondre aux interrogations citées précédemment. Se basant sur ces écrits, mais en demeurant critique à leur égard, nos travaux cherchent à : a) circonscrire et définir le présentéisme, b) développer un cadre d’analyse du phénomène, c) proposer un agenda de recherche, ainsi que des pistes d’interventions.

 

Modifié par:  Association des diplômés
Dernière mise à jour:  07.05.2009 14.57

Nouvelles
Événements
Communiqués

 

Savoir Outauouais

l'UQO, ça grandit
Pour nous joindre | À propos du site | Webmestre
Université du Québec en Outaouais, 283 boul. Alexandre-Taché, C.P. 1250, succursale Hull, Gatineau, Québec, Canada, J8X 3X7 | Tél.: 1 800 567-1283 ou 819 595-3900
© Université du Québec en Outaouais, 2007