Archives
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004

Nouvelles   Share

Le plagiat – une question importante à traiter avec sérieux; commentaires du vice-recteur à l’enseignement et à la recherche

Depuis quelques années, les médias s’intéressent au phénomène du plagiat dans les universités. Ce phénomène n’est pas nouveau. Toutefois, les outils de communication électronique ont certes favorisé son amplification au cours de la dernière décennie.

Cette semaine, un journal régional, La Revue (www.info07.com), publiait un article sous le titre : « Facile de tricher à l’université? Un étudiant de l’UQO se confie à La Revue » (édition du 14 janvier, page 4). Le journaliste rapporte les propos d’un étudiant dont l’identité n’est pas dévoilé et qui explique comment il lui est facile de perpétrer impunément des actes de plagiat dans le cadre de ses cours à l’UQO.

S’il est facile de comprendre les motifs amenant cet étudiant à vouloir que son identité ne soit pas révélée, il est plus difficile de saisir ce qui l’amène à se confier ainsi à un journaliste. En effet, en discréditant ainsi son université, cette personne est ici en train de dévaloriser son propre diplôme. Comme il s’agit d’une personne qui semble avoir une expertise en matière de vol de banque (voir l’article à ce sujet), peut-être que, de toutes façons, son diplôme ne lui sera pas d’une grande utilité!

L’UQO a déjà fait face à des dénonciations publiques en matière de plagiat. Évidemment, pour des personnes extérieures qui ne sont pas au fait du fonctionnement universitaire, l’impression générale s’avère très négative et le discrédit est bien réel.

Pour les membres de l’université, ses professeurs, ses chargés de cours et les membres de la direction, le phénomène est bien connu. Il ne s’agit pas, bien entendu, d’en nier l’importance. Ces interventions dans les médias nous rappellent la nécessité de demeurer vigilants et nous invitent à continuer à mettre en place des mesures qui sont de nature à prévenir le plagiat.

Il n’y a aucune raison qui nous amènerait à penser qu’il y aurait davantage de plagiat à l’UQO que dans d’autres universités. En effet, on ne voit pas pourquoi les étudiants de l’UQO seraient plus enclins à tricher que ceux qu’on retrouve ailleurs. Or, le même journal présente des statistiques sur le nombre de sanctions émises dans certaines universités. Ces données sont fournies en marge d’un second article sur le sujet du plagiat résultant d’une entrevue réalisée avec le secrétaire général de l’UQO (qui, incidemment, n’a pas été informé qu’un article serait publié en parallèle à partir des propos d’un étudiant sur le même sujet). On constate que le nombre de sanctions qu’on observe à l’UQO est supérieur à celui qu’on retrouve dans d’autres universités. En normalisant les données pour obtenir un nombre d’occurrences par année pour 1000 étudiants afin d’assurer une meilleure comparabilité des informations, on peut voir que 6,5 sanctions sont émises en moyenne par année à l’UQO par 1000 étudiants alors que ce nombre varie entre 1,0 et 2,6 pour les autres universités identifiées. Ne devrait-on pas en déduire qu’il y a là un signe que dans notre Université, le plagiat est considéré sérieusement?

Le fait est que la très vaste majorité des étudiants qui fréquentent notre université, comme ceux qui fréquentent les autres universités, sont honnêtes et travaillent fort pour obtenir de bons résultats scolaires. D’ailleurs, la réussite professionnelle de nos diplômés témoigne de la valeur de la formation qu’ils ont reçue. Si la lutte au plagiat doit se poursuivre, voire s’amplifier, c’est bien pour assurer à tous ces étudiants méritoires que leurs résultats continueront d’être reconnus.

Le plagiat constitue une question importante et nous entendons bien continuer à la traiter avec le sérieux qu’elle requière.

Denis Dubé
vice-recteur à l’enseignement et à la recherche

Modifié par:  Direction des communications et du recrutement
Dernière mise à jour:  19.01.2009 08.45

Nouvelles
Événements
Communiqués

 

Savoir Outauouais

l'UQO, ça grandit
Pour nous joindre | À propos du site | Webmestre
Université du Québec en Outaouais, 283 boul. Alexandre-Taché, C.P. 1250, succursale Hull, Gatineau, Québec, Canada, J8X 3X7 | Tél.: 1 800 567-1283 ou 819 595-3900
© Université du Québec en Outaouais, 2007